DigitalThursday ou l’afterwork autrement

Digital-Thursday
DigitalThursday, un article sympa, à lire avec le sourire aux lèvres. DigitalThursday, une initiative que j’ai appréciée, oeuvre de l’agence de publicité Accent.com. En gros, un évènement sympa, cela va de soi et vous saurez pourquoi dans les prochaines lignes. 

Je tiens tout d’abord à souligner que ceci est tout sauf une réclame. Au contraire, j’ai bien failli ne pas assister à cette rencontre. Il s’agit d’un pur hasard. Je me baladais dans les méandres de mon compte Facebook et je tombe sur l’annonce d’un « event », le DigitalThursday. Blogueuse de mon état, et de ce fait (ou pas d’ailleurs), amie du digital, surprise de voir un événement au nom aussi étrange qui se déroule au Cameroun, et de surcroît dans ma ville de résidence Douala, je file sur la page dédiée.

Je tombe sur une description assez vague, qui sonne très ronflante et surtout UN PRIX, mais alors THE PRIX d’entrée (15 000 F CFA) et je me demande si les organisateurs n’auraient pas un tout petit peu fumé la moquette (mais juste un petit peu quand même). En effet, on me parle d’un mouvement qui va se créer, de starts-ups qui pourront rencontrer des investisseurs et vice versa. Je lis des mentions sur la participation en tant que speakers de Loïc Nkono (un jeune homme aux multiples talents, parmi lesquels celui de nous faire rire… mais aussi celui de Community Manager) et de Danielle Ibohn (mondobloggeuse qu’on ne présente plus- ma marraine-, star sur #twitter237, et elle aussi Community Manager).

Intéressée, mais pas encore convaincue, j’envoie un message à l’équipe DigitalThursday pour plus de détails. Je vous ferai l’économie de ce qui a été dit et des voies et moyens qui m’ont finalement permis d’assister à la 1ère édition de cette rencontre,mais j’y étais et ce fut un plaisir.

Dès l’entrée de la salle de conférences, j’ai été agréablement surprise : un phénomène inattendu, un chronomètre. Chaque speaker avait en effet cinq minutes, pas plus, pour parler et le chronomètre grandeur nature, faisait le décompte. Il fallait donc être précis, détaillé et suffisamment « aguicheur ». J’ai raté les présentations des speakers dits techniques comme Loïc ou Danielle mais j’ai pu assister aux pitchs des start-ups invitées. J’ai gardé en mémoire trois projets au caractère novateur et ambitieux:

  • #droneafrica, qui résume l’ambition d’une équipe de commercialiser des drones pour utilisation privée (entreprises ou individuelles) en Afrique, afin notamment d’améliorer des activités telles que la cartographie.
  • #kwiizi,  une opportunité donnée aux jeunes Camerounais étudiants, d’avoir accès à un certain nombre de ressources académiques sans avoir accès à internet et de façon gratuite.Vous pouvez financer le projet ICI
  • #Hyboo, une façon ludique et différente d’apprendre nos langues traditionnelles.

J’ai aimé cette opportunité donnée à des jeunes (généralement) entrepreneurs de démontrer leur savoir-faire et de lever des fonds de manière différente J’ai aimé le parti-pris de #digitalthursday qui est de se positionner à l’avant-garde de la révolution numérique, digitale, au Cameroun et de créer un espace de rencontres pour les professionnels ou les amateurs de ce domaine. J’ai aimé les échanges entre présentateurs et participants, bien organisés, constructifs, bon enfant. J’ai aimé le sérieux de l’organisation et l’importance donnée aux petits détails (un cocktail aussi visuellement beau qu’appétissant). Je n’ai pas regretté le billet d’entrée. J’ai hâte d’assister à la 2e édition et je dis merci au comité d’organisation du  #DigitalThursday  pour ces moments agréables.

Comme quoi, on peut décidément sortir autrement, en somme faire l’afterwork autrement dans ma chère et surprenante Douala.

Anna♦

The following two tabs change content below.
Anne Christelle
Originaire du Cameroun, âgée de 28 ans, professionnelle du marketing dans la vie de tous les jours et bloggeuse. Je blogue pour faire découvrir et faire aimer la culture africaine. Je blogue car je crois fermement que l’appropriation culturelle est essentielle pour le développement d’un peuple. C’est ma petite pierre à l’édifice d’une Afrique rayonnante, mon rêve!

2 thoughts on “DigitalThursday ou l’afterwork autrement

  1. Hello Anne
    Perso j’ai quand même trouvé que les 15.000 étaient cher payés. J’ai l’habitude d’assister aux événements dans le digital et donc durant cette session j’ai pas appris grand chose. Les startups et les speakers,je les avais déjà vu etre présentées à d’autres évents gratuits et plus en détail, le net working ben c’est toujours les mêmes. Pour moi soit on laisse le prix avec de la plus value soit on le baisse.

    1. Merci Manu pour ton commentaire. Moi je n’assiste quasiment jamais à des évènements dans le milieu digital même quand ils sont gratuits car j’ai souvent eu des appréhensions sur la qualité de l’organisation. Celui-ci était une exception et comme je l’ai dit, j’ai trouvé les 15 000 aussi cher au départ mais j’ai apprécié les STANDARDS de l’organisation. Je constate que ta remarque est plus focalisée sur le contenu, et je serai curieuse de lire quelles seraient toi les choses à ajouter pour justifier le prix?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *