Dieu créa l’homme et l’homme créa la machine

Dieu créa l’homme et l’homme créa la machine, et dans cet ordre. Ainsi, autant Dieu régule nos vies, autant nous restons et demeurons maîtres des machines, et surtout sommes responsables d’elles. 

Il y a un nouveau courant que j’observe depuis quelques temps autour de moi qui viserait à dénoncer les effets nocifs des machines (en général) sur l’homme et en particulier sur sa santé. Dans cette course au rejet, il faudrait à la limite revenir à l’époque des dinosaures et s’enfermer dans un naturalisme qui à mon sens friserait « la folie ». 

Nous nous sentons de plus en plus happés par la technologie:les téléphones et ordinateurs connectés, Google, les aliments génétiquement modifiés. De ce sentiment semble naître une crainte de plus en plus grandissante d’avoir perdu le contrôle. Toutefois, il me semble que c’est comme pour l’éducation des enfants (sujet d’un autre article), parfois considérée aujourd’hui comme du laisser-faire.

Nous avons de plus en plus la tendance à nous abandonner face aux mains des autres, et de penser ne plus pouvoir rien contrôler. Je donne l’exemple simple de cette vidéo (inspiration pour cet article) qui m’a été envoyée par ma mère et parlait des méfaits du téléphone, et notamment de certains cancers qu’il était en passe de provoquer. Je veux bien admettre, supposer que le téléphone peut provoquer des cancers mais cela ne serait-il pas lié à un usage inconvenant, prolongé, abusif? En somme, la machine « téléphone » ne deviendrait-elle pas un ennemi du fait d’une faute de son maître « homme »?

Cette « haine » de la machine, du progrès en général me fais l’effet d’une douche froide. Je me demande toujours si nous faisons preuve d’hypocrisie ou trouvons-nous juste plus drôle de nous plaindre. Car oui, des faits démontrent que les machines sont parfois devenus des loups pour l’homme mais il faut bien admettre que le progrès c’est d’abord fait à notre avantage. Revenir aux temps des cavernes, je ne sais pas pour vous mais trop peu pour moi. L’évolution de la technologie a d’abord été une évolution de la société, une évolution des mentalités, en vue de se mettre au service des hommes. Ainsi, à mon humble avis même un « Google » ne fait que nous rendre la vie facile, tout en prenant certes le contrôle d’un certain nombre de nos informations au passage (du donnant-donnant en somme ou encore le prix à payer pour l’évolution).

Se complaire à diaboliser la machine, c’est oublier notre responsabilité et céder à une forme de défaitisme qui n’aura aucun impact positif à terme. L’homme créa la machine et de se faire l’homme reste libre de s’en défaire, de la transformer, de l’adapter à ses besoins. La machine est à notre service pour notre confort, notre bien-être, et il ne tient qu’à nous de la maintenir à cet effet. La bombe atomique a tué du fait de l’homme, pas du fait de sa naissance.

Alors en tant qu’êtres humains, pensons notre devenir, et ne rendons pas les machines responsables de nos malheurs. Elles n’y sont pour rien, les pauvres (en attendant la révolte des machines..LOL)

Love, Anna♦

PS: article volontairement ironique, un avis, une suggestion, une contribution? Vous êtes le bienvenu en commentaire, sur Facebook ou Twitter

PS 2: « Et L’homme Créa La Machine » est le titre d’un livre de Mark Fletcher, est un livre photo  publié en 2010 dont je n’avais jamais entendu parler avant d’écrire ce billet (on apprend tous les jours, for real!) et qui parle de la grande épopée industrielle entre début 19ème et milieu 20ème siècle (Sources: Amazon.fr)

The following two tabs change content below.
Anne Christelle
Originaire du Cameroun, âgée de 28 ans, professionnelle du marketing dans la vie de tous les jours et bloggeuse. Je blogue pour faire découvrir et faire aimer la culture africaine. Je blogue car je crois fermement que l’appropriation culturelle est essentielle pour le développement d’un peuple. C’est ma petite pierre à l’édifice d’une Afrique rayonnante, mon rêve!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *