« Real people have real challenges » ou apprendre à relativiser

relativiser

Cette petite phrase en anglais, résume la leçon tirée ce jour : relativiser. C’était à l’occasion de la formation reçue au GICAM ( Groupement Interpatronal Camerounais) dans le cadre de son partenariat avec le Bureau International du Travail (BIT) pour la promotion de l’entrepreneuriat féminin.

En effet, les personnes réelles ont de vrais problèmes et les affrontent. La vie est une somme d’expériences, de difficultés qui nous façonnent et en face desquelles, nous avons toujours le choix.

Ainsi, nous pouvons soit cesser de vivre, estimer que le poids est trop lourd et tenter d’attenter à notre vie. Nous pouvons aussi, vivre mais en portant un masque de douleur et de peine tous les jours de notre vie, attirant encore plus de malheurs sur nous. Soit, nous pouvons tout simplement, faire face, chercher l’opportunité dans le tumulte et ainsi devenir des personnes meilleures, s’ouvrir de nouvelles voies et progresser vers la réussite. Les témoignages de Mme Viviane ONDOA BIWOLE ou encore celui plus marquant de Mr. Henri FOSSO, de même que les prises de paroles dans l’assistance des femmes entrepreneures présentes, m’ont incité à plus de relativité et d’humilité.

En effet, je suis entrée dans la salle de formation ce matin, portant mes soucis et mes tracas sur ma tête. Je me sentais lasse et était venue plus pour tenir un engagement moral que par réelle envie d’être là. Écouter les intervenants, ressentir l’énergie de toutes ces femmes présentes, écouter leurs préoccupations, tout cela m’a fait sortir de mon petit monde, en plus d’avoir été une super formation. Je ne dirais pas que tout mes problèmes s’en sont allés. Tout simplement, j’ai pu les relativiser et réaliser qu’à la taille du monde, ils étaient somme toute insignifiants. J’ai aussi eu la certitude que pour tout problème il y a une solution.

Le monde va vite, nos vies encore plus et face à leur complexité, nous avons toujours le choix: nous enfermer dans nos bulles pour se lamenter ou tourner la tête et regarder la « misère du monde » pour réaliser que somme toute, nous sommes bénis.

Cette semaine, je parle plus de développement personnel, signe de l’État de mon esprit (rires) mais sachez que c’est un plaisir de partager avec vous, ce qui se passe dans cette petite cervelle, en constant renouvellement. Je suis bénie par vos mots, messages, j’aime et autres. Sur ce, demain déjà la semaine arrive à son terme. Alors, faites-le point, gardez le positif et rappelez-vous « real people have real problems ».

Commentaires, partages, contributions sont comme toujours les bienvenus. Ça se passe ici, sur la page Facebook ou sur Twitter. Agréable soirée à vous chers lecteurs.

Love, Anna ♦

The following two tabs change content below.
Anne Christelle
Originaire du Cameroun, âgée de 28 ans, professionnelle du marketing dans la vie de tous les jours et bloggeuse. Je blogue pour faire découvrir et faire aimer la culture africaine. Je blogue car je crois fermement que l’appropriation culturelle est essentielle pour le développement d’un peuple. C’est ma petite pierre à l’édifice d’une Afrique rayonnante, mon rêve!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *